Babypedia Votre guide de bébé
retour
Famille & carrière

La conciliation de la vie familiale et professionnelle du point de vue d’une employée

Pro Juventute met à votre disposition dans sa brochure spéciale un extrait de l’interview avec Claudia Cunningham, Assistant Vice President, Swiss Reinsurance Company. L’interview complet peut-être, agrémenté de nombreux textes supplémentaires, consulté ici: «Message spécial» Concilier famille et travail

Pro Juventute:  Qu’est-ce qui a changé pour vous dans votre travail depuis que vous êtes devenue mère? Quels sont les défis quotidiens auxquels vous faites face?
Claudia Cunningham: Les changements ont toujours été et sont toujours, pour moi, un défi positif. Malgré cela, j’ai été confrontée au début de ma période de maman exerçant une activité professionnelle à un sentiment que je ne connaissais pas auparavant sous cette forme intense: la mauvaise conscience… Lorsque je partais au travail, je quittais des enfants en pleurs, lorsque je devais partir du travail à une heure fixe, je quittais une équipe en pleine activité. Durant les treize années passées entre-temps en tant que mère exerçant une activité professionnelle, j’ai heureusement toujours gardé une «conscience», mais j’ai appris à m’organiser de manière à être au clair avec moimême. Malgré tout, la gestion des différents rendez-vous, du travail et des loisirs est un défi quotidien et une compétence dont je dois faire intensément usage. Malgré un cadre temporel strict, je ne vis pas comme une charge ma situation de mère travaillant et élevant seule ses enfants, mais je suis heureuse de ma décision d’avoir voulu rester dans la vie active. Je suis stimulée professionnellement et je reste «dans le coup» - les défis professionnels renforcent certainement ma confiance en moi. L’indépendance financière est également essentielle à mes yeux. Je suis convaincue du fait que mes enfants sont très bien gardés et ne doivent renoncer à rien. Au contraire, ils apprennent dès leur plus jeune âge à prendre leurs responsabilités et savent que maman va travailler pour faire vivre tout le monde.

 

Pro Juventute: Comment gérez-vous ces défis? Quelles mesures concrètes prenezvous? Qu’est-ce qui vous aide?
Claudia Cunningham: Ma recette, c’est d’agir et de ne pas perdre de temps en réflexions inutiles pour savoir comment j’arriverai à tout faire. Une bonne organisation est bien entendu la base de notre famille. Pour moi, il est toutefois très important de planifier mes propres pauses quotidiennes et que je les prenne vraiment. Ce temps libre, je l’utilise souvent pour faire du sport. Le sport me régénère; il me permet de faire le vide, de retrouver de l’énergie et de profiter des merveilles de la nature. Heureusement, j’ai un supérieur très compréhensif et un employeur qui m’arrange énormément dans ma situation par le modèle de travail flexible qu’il propose. Ainsi, je peux me rendre à beaucoup de rendez-vous qui concernent les enfants et ne suis pas soumise à une pression psychique supplémentaire. De plus, j’ai appris, durant toutes ces années, à accepter de l’aide et à ne pas exiger de moi-même de tout assumer seule. J’avoue que cela n’a pas été simple au début et que je dois encore parfois
prendre sur moi pour demander de l’aide ou du soutien autour de moi.

 

Pro Juventute: Comment votre employeur vous aide-t-il à gérer ces défis? Que pourraitil faire de plus pour vous soutenir?
Claudia Cunningham: Par les horaires flexibles, mon employeur m’offre la possibilité de répartir mon travail et mon temps de travail de manière à pouvoir en grande partie travailler sans stress. Mon supérieur direct me fait confiance dans le fait que je respecte ma planification de travail, les rendez-vous et la mise en oeuvre. Cette confiance m’aide. Il faut mentionner également les semaines de vacances organisées par mon entreprise et que les enfants adorent. Si je pouvais faire un voeu, je demanderais la chose suivante à l’ensemble de la classe politique: la base pour la tarification de l’accueil extrafamilial, des réductions de primes, des offres de vacances, etc., dépend toujours de la déclaration d’impôts. Tant qu’il est impossible de déduire les coûts effectifs de l’accueil extrafamilial, une mère exerçant une activité professionnelle (c’est bien entendu le cas aussi pour les pères élevant seuls leur(s) enfant(s)) se trouve financièrement défavorisée. Finale ment, j’aimerais encourager toutes les futures mères à bien réfléchir avant d’aban donner entièrement leur activité professionnelle. Il vaut la peine de garder à l’esprit l’horizon temporel élargi, donc pas seulement les 10 à 15 ans à venir.

Nous remercions Pro Juventute de s’être mis à notre disposition pour cet interview. La globalité de ce dernier peut-être obtenu dans «Message spécial» Concilier famille et travail:  sur le shop en ligne Pro Juventute avec le raccourci suivant : Message spécial Concilier famille et travail:

^