Babypedia Votre guide de bébé
retour
Grossesse

Le diabète de grossesse

Le diabète de grossesse appelé aussi diabète gestationnel est une pathologie affectant les femmes enceintes, constituée par une intolérance au glucose. Assez rare, ce dernier peut néanmoins être prévenu à temps avec un gynécologue afin d'éviter les complications lors de la grossesse et particulièrement le risque de fausse couche.

Qu'est-ce que le diabète de grossesse ?

Le diabète gestationnel concerne environ 1 à 4% de la gent féminine, et survient vers la fin du 2nd trimestre d'une grossesse. Révélateur ou non d'un diabète antérieur, il concerne avant tout un état d'intolérance caractérisé aux glucides et un trouble de la régulation du glucose, ou glycémie. Un gynécologue constate alors ce dérèglement de la glycémie lorsque celle-ci à jeun est supérieure à 1,26g/L de sang ou 7mmo/L lors de 2 examens consécutifs. Le diabète gestationnel s'il n'est pas traité à temps peut être responsable de nombreuses complications lors de la grossesse, et dans le pire des cas en résulter d'une fausse couche.

2 sujets à risques existent pour le gynécologue et les spécialistes, les femmes qui n'ont pas connaissance d'un diabète antérieur et qu'un examen révèle alors, et celles qui développent un diabète lié uniquement à une grossesse mais sans conséquence pour la suite. La grossesse entraîne alors un état d'insulinorésistance car celle-ci est par nature diabétogène. Attention toutefois au facteur âge, car plus une grossesse est tardive et plus les risques augmentent. Ainsi après 24 ans, vous êtes plus sensibles mesdames au diabète, dont le risque est augmenté de 10%. Le % de tissus adipeux, la prise de poids, l'obésité, et les antécédents familiaux ainsi que la génétique, augmentent potentiellement le risque de diabète de grossesse ; il convient alors d'être particulièrement vigilante et de consulter un gynécologue au plus tôt. De même, il convient de souligner que les femmes originaires du Maghreb, des Antilles, et de l'Asie du Sud, sont plus sensibles aux risques de diabète que les autres origines.

 

Une prévention essentielle chez les femmes à risques

Un diabète pré gestationnel de type 1 lorsque le corps ne fabrique plus d'insuline, ou de type 2 lorsque l'insulinorésistance entraîne une dérégulation du taux de glucose dans le sang, doit faire l'objet d'un dépistage préventif auprès d'un professionnel ou d'un gynécologue. Cependant, le diabète de grossesse est le cas le plus risqué pour la fausse couche et les complications lors de la grossesse, car il entraîne un risque accru pour le fœtus s'il n'est pas traité à temps. Les risques sont alors des malformations nerveuses et cardiaques, une macrosomie du bébé (le poids du bébé est supérieur à 4kg), un accouchement prématuré, ... Une surveillance du taux de sucre dans les urines est alors primordiale afin de prévenir tout risque, et cette glycosurie est d'ailleurs rendue obligatoire depuis 2001 par l'OMS. Un dépistage préventif garantit ainsi contre les complications lors de la grossesse et les risques de fausse couche, de même qu'il permet de détecter 1/3 supplémentaire des diabètes gestationnels. L'importance de la prévention revêt alors toute son importance surtout chez les femmes à risques.

 

L'importance du dépistage

Plusieurs études notamment américaines considèrent qu'un taux de glycémie de 0,9g/L est considéré comme du diabète gestationnel depuis l'été 2007, tandis que l'ALFEDIAM, l'Association de langue française pour l'étude du diabète, préconise fortement un dépistage sur toutes les femmes enceintes dès la 28ème semaine de grossesse. Ainsi, les études considèrent qu'il existe un risque de récidive de plus de 66% du diabète gestationnel au cours de la seconde grossesse, lorsque ce taux de glycémie est élevé. Il est alors essentiel de dépister au plus tôt les risques de diabète de grossesse, spécialement chez les femmes à risques. Les femmes les plus exposées sont alors celles dont les médecins constatent un taux de glucose sanguin élevé par la prise de la pilule, celles dont l'IMC est supérieur à 25, chez les femmes entre 35 et 40 ans, et toutes celles qui souffrent d'antécédents. Ainsi, la macrosomie fœtale ou mensurations du fœtus trop importantes au-dessus des courbes du périmètre abdominal et crânien, est un facteur de risques important ; de même que lors d'un accouchement d'un bébé de plus de 4kg. Cependant les statistiques montrent que près de 50% des cas de diabète gestationnel apparaissent en l'absence de troubles. 98% des cas de diabète disparaissent après l'accouchement, et pour celles qui sont sensibles à la prise de poids, une alimentation équilibrée voire un régime de perte de poids est un atout non négligeable pour éviter à l'avenir de développer un diabète d'après grossesse.

 

Comment limiter les risques

La surveillance de la glycémie est alors conseillée par le gynécologue environ 6 mois avant une naissance, et ensuite tous les ans. Cette prévention est essentielle pour vous éviter des complications futures et un accouchement sans danger pour votre bébé. Ainsi pour atténuer les risques, une consommation de fruits sucrés est à éviter, ainsi que les graisses et tout aliment trop sucré. Les spécialistes conseillent alors en cas de diabète gestationnel un régime pour rétablir une glycémie normale, et de surveiller celle-ci par la présence de sucre dans les urines. La pression artérielle ne doit pas être négligée également, et les mêmes recommandations s'appliquent alors, à savoir d'éviter tous les aliments et confiseries trop sucrés. Les produits laitiers peuvent être un bon palliatif aux fruits sucrés, de même que les céréales et fibres. La consommation de sucres lents est alors recommandée, avec des légumes frais si possible et tout aliment riche en fibres. Si malgré tout cette glycémie reste trop élevée, une injection d'insuline peut être nécessaire et est à envisager par un professionnel et spécialiste.

Contrairement aux idées reçues, un diabète de grossesse ne constitue pas un frein à l'allaitement naturel, et au contraire il semblerait selon des études limiter les risques de diabète surtout pour ceux du type 1. Ceci est d'autant plus important que les enfants dont les mères ont souffert d'un diabète gestationnel, développent plus de risques de devenir diabétiques à leur tour. Lorsque une femme est détectée diabétique, avant toute grossesse celle-ci doit absolument suivre un traitement indiqué par son médecin avant toute conception, sous peine de fausse couche.

^