Babypedia Votre guide de bébé
retour
Naissance

Accouchement à domicile: c'est en toute sécurité jusqu'à quel point?

De plus en plus de femmes désirent mettre leur enfant au monde chez elles. La grossesse n'est en effet pas une maladie et certaines d'entre nous trouvent logique et naturel d'accoucher à domicile. Mais attention, ce choix doit être fait en toute connaissance de cause et il arrive que des futures mamans ne puissent le faire pour des raisons médicales.

Qui cela concerne-t-il ?

Un accouchement à domicile ne peut s'envisager que lorsque la grossesse se passe bien, que la maman et le bébé se portent bien. Si vous attendez des jumeaux, si vous avez un diabète de grossesse, une hypertension, que votre bébé s'annonce par le siège ou qu'il aura un poids de naissance élevé, ce choix est déconseillé. Il vaut mieux pour toutes ces raisons se trouver dans un cadre médicalisé. La plupart du temps le choix de faire naître un bébé chez soi est le fruit d'une longue réflexion, d'un véritable projet de naissance. Les femmes qui accouchent de cette façon mettent en avant le respect de l'intimité familiale, la volonté de suivre la nature, de ne pas surmédicaliser une naissance. L'envie que le bébé vienne à son rythme, en douceur, entouré de sa famille. Cet accouchement est bien plus libre que celui pratiqué en hôpital. Vous êtes libre de vos mouvements, de vous doucher, de marcher, de crier ou de chanter. Pas besoin de lumière très forte, vous choisissez la position que vous préférez, une musique pourquoi pas, et puis le papa peut avoir une part très active comme de masser le dos lors des contractions. La sage-femme qui est présente vous connaît bien, ce qui instaure un climat de grande confiance et éloigne tout stress.

 

Quelques notions à connaître.

Plusieurs études, celle du Fond National de 1993, une aux Pays-Bas en 2009 et enfin l'étude Borel étendue entre 2007 et 2010 montrent que les risques pour le bébé comme pour la maman sont les mêmes qu'en milieu hospitalier. Il s'avère qu'il y a moins d'épisiotomies, moins de déchirures et moins de recours à une césarienne lorsque l'accouchement se fait à domicile. La comparaison a été faite entre maison de naissance et hôpital, sachant qu'un accouchement à domicile est plus proche dans sa technique de celui pratiqué en maison de naissance. Ce peut d'ailleurs être une excellente alternative pour toutes les femmes qui hésiteraient à sauter le pas pour accoucher à la maison. Ces établissements sont conçus uniquement pour aider les femmes à mettre leurs enfants au monde. Les sages-femmes présentes suivent les futures mamans depuis le début de leurs grossesses et le lien créé est empreint de confiance et de sérénité. La maison de naissance porte très bien son nom, c'est un peu comme chez soi mais avec le sentiment pour certaines femmes d'être plus sécurisées qu'à la maison. C'est un lieu où l'on se rend en début de travail et que l'on quitte le plus souvent dans les heures qui suivent la naissance, mais l'accompagnement continue à votre domicile. Certaines maisons de naissance offrent la possibilité aux mamans de rester quelques jours. Il faut savoir que cette prestation n'est pas défrayée par l'assurance de base. L'un des avantages des accouchements à domicile ou en maison de naissance est que vous aurez à faire à la même sage-femme tout au long de votre grossesse et surtout pendant toute la durée de votre accouchement. L'hôpital au contraire peut vous faire rencontrer plusieurs sages-femmes pendant votre travail en fonction de la durée de ce dernier. Pour certaines femmes il est perturbant de ne pas pouvoir se référer à une seule sage-femme.

 

Comment cela se passe-t-il ?

Le plus naturellement du monde. Lorsque votre travail commence, votre sage-femme vient à votre domicile et va se montrer présente à chaque fois qu'il le faut. Elle sera là pour atténuer vos douleurs, pour vous rassurer et aussi pour se montrer extrêmement professionnelle dans ses gestes lorsque le bébé pointera le bout de son crâne. À domicile le temps ne compte pas, le stress est exempt, vous êtes entourée de personnes de confiance. Voilà donc certaines des raisons qui rendent ces accouchements moins demandeurs d'actes invasifs comme une épisiotomie ou des forceps. Vous êtes à l'écoute de votre corps, vous sentez votre bébé progresser, vous utilisez votre sérénité pour vous concentrer sur sa descente. La présence constante de la sage-femme est une aide considérable puisque vous vous sentirez soutenue, conseillée, positionnée et surtout comprise à tous moments. Enfin quand le bébé est là, papa s'il le désire peut couper le cordon ombilical, dont il est bon d'attendre qu'il ait finit de battre pour un passage plus en douceur à la respiration hors de maman. À ce sujet l'OMS (l'Organisation mondiale de la santé) conseille un délai de une à cinq minutes avant de clamper le cordon, dans le cadre d'un accouchement sans problème bien évidemment. Clamper signifie pincer le cordon en deux endroits avant de couper ce dernier entre les deux pinces pour éviter des projections de sang. Le bébé gardera une petite pince posée en principe à 1,5 centimètres de son nombril en attendant que le cordon sèche et tombe de lui-même. La sage-femme vous expliquera les soins d'hygiène particuliers inhérents à ce cordon ombilical. Le plus important est que vous ayez accueilli ce nouveau-né selon vos désirs avec l'aide d'une professionnelle de santé. Les suites de couche sont bien sûr les mêmes que pour un accouchement à l'hôpital et la sage-femme vous suivra dans les jours après la naissance. Les prestations de votre sage-femme sont prises en charge par l'assurance de base.

 

S'il y a des complications ?

Hélas, comme pour tout accouchement, il se peut que surviennent des complications de divers ordres. La sage-femme saura très bien les identifier et les gérer. Si toutefois ces complications ne pouvaient être circonscrites à domicile, elle vous accompagnerait à l'hôpital le plus proche pour que l'équipe médicale prenne le relais. Les complications graves sont assez rares mais c'est un paramètre que vous devez connaître afin de prendre une décision réfléchie. Une complication peut être une déchirure périnéale : afin d'éviter cela, si votre sage-femme constate que votre peau manque d'élasticité au passage de la tête de votre enfant, elle pratiquera une épisiotomie qu'elle suturera par la suite. Les complications peuvent être aussi un bébé qui se fatigue trop à chaque contraction. Cette fois-ci la sage-femme vérifiera que le bébé se remet bien après chaque contraction ; le cas échéant il sera bon d'aider le bébé à descendre plus vite. S'il est très près de sortir une ventouse par exemple suffira peut-être, mais s'il est encore placé assez haut c'est à l'hôpital que l'on pourra le faire sortir au plus vite. Il est des complications qui peuvent concerner la maman, comme une délivrance incomplète, mais une fois encore celles qui surviennent à la maison ne sont pas plus nombreuses qu'à l'hôpital et votre sage-femme est formée pour y faire face d'une manière ou d'une autre.

^