Babypedia Votre guide de bébé
retour
Naissance

Accouchement à péridurale, ventouse et autres outils

Les outils à l'accouchement, des alliés précieux Dans la grande majorité des cas, l'accouchement se déroule naturellement. Il peut cependant arriver que le mécanisme normal soit perturbé pour diverses raisons. Votre bébé se présente mal, votre bassin est trop étroit... Il devient alors nécessaire pour éviter des souffrances inutiles tant au bébé qu'à la maman, d'intervenir par un coup de pouce instrumental.

La péridurale, une révolution dans la lutte contre la douleur

L'anesthésie par péridurale, largement utilisée en obstétrique, est aujourd'hui la seule véritable solution pour voir naître son enfant sans souffrir. La péridurale n'insensibilise que la partie inférieure du corps, celle qui souffre, alors que vous restez en pleine conscience. Pour résumer elle offre l'avantage de l'anesthésie générale sans en avoir les inconvénients.

La péridurale se pratique lorsque la dilatation du col est à 2 ou 3 cm. La faire trop tôt risque de bloquer les contractions et retarder le travail et trop tard, la rend inutile car elle n'a plus le temps d'agir.

Pour insensibiliser la moitié inférieure du corps, l'anesthésiste injecte un produit anesthésique entre deux vertèbres lombaires. Il va se répandre autour des enveloppes de la moelle épinière dont l'une est appelée dure-mère (d'où le nom de cette anesthésie) qui agit sur les nerfs qui en partent.

L'injection est totalement indolore grâce à une anesthésie locale préalable. Elle est pratiquée en une seule fois, comme une piqûre, par l'intérmédiaire d'un petit tube laissé en place pendant tout l'accouchement ce qui permet, si nécessaire, de réinjecter du produit sans faire de nouvelle piqûre. Cinq à dix minutes après l'injection, la douleur disparaît.

Avec une péridurale, vous ressentirez moins le besoin de pousser au moment de l'expulsion. Ceci doit vous inciter davantage à suivre les séances de préparation à l'accouchement. Pour résumer, la péridurale ne vous empêche pas de pousser mais vous ne sentez absolument rien lorsque vous le faites.

Après l'accouchement, vous pouvez vous lever au bout de 6 heures (avec un soutien) et tester ainsi vos réactions.

 

Les forceps, de drôles de cuillères

Le forceps est un instrument fait de grosses cuillères qui vont permettre de saisir la tête de l'enfant pour l'aider à descendre et à sortir. Cet outil traîne encore une mauvaise réputation depuis  le temps où l'on s'en servait, sans autre choix alors que la tête de l'enfant n'était pas encore engagée. De nos jours, il n'existe donc plus de forceps traumatisant. L'intervention peut se faire sous anesthésie générale, sous péridurale ou anesthésie locale. Si la mise en place de forceps est nécessaire pour votre accouchement vous n'aurez donc rien à redouter de suites post-natale pour votre enfant ou pour vous-même.

 

La ventouse obstétricale, une aide parfois utile

Appelée aussi Vacuum Extractor, ou extracteur par le vide, la ventouse obstétricale est une sorte de cupule ou petit bonnet en silicone, relié à un tuyau lui-même rattaché à une pompe qui permet d'attirer votre bébé vers l'extérieur. Le médecin place la cupule sur la tête du bébé et au moment de la contraction, tire doucement pour en amplifier l'effet. Les indications pour la ventouse sont les mêmes que pour le forceps et sont utilisées lors de l'expulsion lorsque la poche des eaux est rompue. Cependant la force d'extraction de la ventouse moindre que celle du forceps.

Avec la ventouse, le médecin peut aider à fléchir et à tourner la tête de l'enfant pour faciliter sa sortie. Méthode plus douce, elle évite  les traumatismes laissés par les forceps sur les voies génitales notamment sur le périnée et le col de l'utérus. Votre médecin saura choisir la technique la mieux adaptée.

 

La césarienne, une opération courante

Opération couramment pratiquée, la césarienne est requise entre-autres lors de l'impossibilité de l'accouchement par les voies naturelles, par suite d'un bassin insuffisant de la mère, d'un enfant au volume trop important, d'une mauvaise présentation (siège, front, face...), par nécessité de terminer l'accouchement rapidement...

Il s'agit d'une intervention chirurgicale qui se déroule non plus en salle d'accouchement mais au bloc opératoire. Elle se pratique généralement après l'injection d'une anesthésie par péridurale, parfois sous anesthésie générale. Le médecin incise la peau puis les muscles de la paroi abdominale pour atteindre la cavité. Après avoir incisé l'utérus, il extrait le bébé et retire ensuite le placenta. Il recout ensuite les différents tissus qui ont été incisés.

Par rapport à un accouchement normal rien ne change pour vous si ce n'est une fatigue les premiers jours et une sensation de tiraillement due aux points de suture. Vous pourrez vous lever dès le lendemain de l'intervention mais devrez observer le plus grand repos. Vous n'aurez aucun préjudice esthétique puisqu'il s'agit d'une incision basse, transversale, cachée dans les poils du pubis. La cicatrice prendra son aspect définitif au bout de 8 mois après l'accouchement.

^