Babypedia Votre guide de bébé
retour
Questions médicales

maladies infantiles classiques

Les maladies infantiles classiques et leur prévention L'arrivée d'un premier enfant ou une seconde naissance est toujours un moment angoissant pour les parents, car les maladies infantiles font partie du lot quotidien de ces derniers. Cependant, avec de la prévention et de l'attention, de nombreux cas peuvent ainsi être évités.

Comment lutter contre les maladies infantiles

Oreillons, rubéole, varicelle, ou encore scarlatine, sont des noms bien familiers des médecins et familles. En effet, ces maladies touchent particulièrement les enfants en bas âge et les bambins. Même si ces dernières sont contractées tôt dans l'enfance, les progrès de la médecine et notamment de la vaccination ont permis de réduire considérablement leur infection. Ainsi, les conséquences et les effets secondaires sont considérablement réduits avec une prévention efficace, et tendent à devenir bénignes. Certains médecins préconisent même une exposition aux plus répandues d'entre elles, afin de pallier les effets indésirables sur les personnes non touchées dans leur enfance et qui sont potentiellement plus dangereuses lorsque contractées à l'âge adulte. En effet, les risques secondaires et les symptômes sont bien plus violents pour les adultes qui n'ont pas été touchés dans leur enfance par l'une de ces maladies infantiles.

 

Une maladie infantile particulièrement répandue

Même si certains enfants sont naturellement immunisés contre certaines maladies infantiles, il est hautement probable que votre enfant soit infecté par l'une d'elles tôt ou tard. Cependant pas de panique, les vaccins et la prévention des risques secondaires atténuent grandement les effets indésirables de la plupart des maladies infantiles. Les oreillons sont sûrement la maladie infantile la plus répandue chez les enfants car très contagieuse, et survient en général vers l'âge de 4-5 ans. Cette maladie infectieuse se transmet alors surtout en période hivernale par la salive, et les premiers symptômes surviennent au bout d'une semaine environ. Les oreillons sont dus à un virus appelé paramyxovirus, qui se loge généralement dans les parotides ou glandes salivaires, mais aussi parfois dans le pancréas, les testicules ou encore le système nerveux. Une fois les oreillons contractés, l'immunité est pour la vie et une autre infection est rarissime voire inexistante.

Dans plus du tiers des cas, les oreillons surviennent subitement sans symptômes apparents, comme toutes les maladies dites asymptomatiques. La période d'incubation des oreillons est alors de 3 semaines, avec une parotide aigüe et une tuméfaction plutôt douloureuse pour un enfant. Le diagnostic de la maladie est assez simple car les glandes salivaires et la zone autour des oreilles sont alors enflammées. En cas de maladie avérée, il convient alors d'éviter à votre enfant la fréquentation des crèches et écoles jusqu'à guérison définitive pour éviter de contaminer les autres enfants. Une simple vaccination chez tous les enfants de moins de 1 an est la règle générale et permet de prévenir la maladie, qui est en principe associée au vaccin contre la rougeole et la rubéole.

 

Attention au fœtus pendant la grossesse

La rubéole survient chez les enfants âgés de 5 à 9 ans, et doit faire l'objet d'une surveillance pendant la grossesse en cas de contamination car il existe un risque élevé de malformations du fœtus. Il existe 2 types de rubéole, par voie respiratoire ou rubéole acquise, et par voie transplacentaire ou rubéole congénitale. Ce virus de la famille des Togaviridae autrefois actif au printemps, bénéficie dorénavant d'une vaccination efficace, car le risque de transmission de celui-ci au fœtus est de l'ordre de 90% des cas avant la 9ème semaine de grossesse, pour décroître ensuite. La rubéole congénitale doit alors être traitée en priorité par les femmes enceintes, avec des contrôles obligatoires et un examen prénuptial. Ainsi, à partir de la 22ème semaine de grossesse, il vous faudra un examen du sang du cordon ombilical pour prévenir une éventuelle infection. Le vaccin est alors systématique pour les bambins de 12 à 24 mois et est souvent couplé avec celui des oreillons et de la rougeole par voie sous-cutanée ou intramusculaire.

 

Un virus particulièrement contagieux

La varicelle quant à elle est sans nul doute la plus contagieuse des maladies infantiles. Touchant les enfants âgés entre 3 mois et 10 ans, elle se manifeste par une éruption de papules et de vésicules en plus de démangeaisons désagréables. Ce virus associé à celui de l'herpès se transmet essentiellement par la salive, et est extrêmement contagieux. L'apparition de vésicules est alors le signe d'une infection qui survient en général très tôt après la contamination, pour durer environ une dizaine de jours. Les cas de fièvre sont ainsi fréquents ainsi que les maux de tête, et le zone cible particulièrement les yeux et le thorax. Attention toutefois à la disparition des boutons qui ne veut pas dire que le virus est éradiqué, il se déplace seulement vers la moelle épinière où il stagne comme toutes les maladies latentes. La varicelle ne réapparaît pas après une infection, et l'immunité acquise est excellente.

 

Une maladie bactérienne qui se transmet par air

La scarlatine est une maladie bactérienne due au streptocoque de groupe A qui survient en période hivernale et froide principalement. Les enfants entre 5 et 10 ans sont alors la cible de l'infection qui survient souvent à l'école car la bactérie se transmet dans les airs. Le délai d'incubation de la scarlatine est de 2 à 5 jours, et les premiers symptômes apparaissent alors soudainement, combinant forts maux de tête et fièvre ainsi que des douleurs abdominales. Des éruptions cutanées appelées énanthèmes caractérisent cette infection, particulièrement autour de la gorge et de la bouche. Facilement reconnaissable lors d'un examen médical, l'énanthème se répand alors sur tout le corps, surtout au niveau des articulations et des plis de flexion autour du genou et des coudes. Un traitement de 10 jours est alors nécessaire avec des antibiotiques et un traitement antistreptococcique, à ne pas confondre cependant avec d'autres infections bactériennes causées par les staphylocoques. De même, un repos et un isolement des collectivités sont nécessaires pendant 2 semaines afin de limiter les cas d'infections extérieures aux autres enfants.

^